petite prose

Mis à jour : juil. 27

Mais cette fois, pour une raison ou une autre je me suis brisé.e le coeur. Et aujourd'hui je me demande, j'ai peur, est-ce que tu seras toujours là ?

J'ai si peur d'avoir commis une erreur, d'avoir piétiné nos coeurs.

Je me suis perdu.e dans tes yeux,

ils n'ont pas répondu.

Peau Sans peur,

De ma prose je t'arrose,

L'aiguille virtuose Esquisse le dessin

D'un être sibyllin.

C'est en son sein que se perdent mes idées sombres

Mes malheurs, mes angoisses et mon coeur

sombre Chaque jour j'sombre un peu plus et pourtant sa main Me retient Me sauve

Et renoue les liens

Parfois j'me sens vide

et parfois

J'ai l'impression que tout va

Déborder

Dégouliner

Et former une flaque à mes pieds.